Lettre du Maire

Février 2020                              Spécial éco quartier

Chers Reillannaises, Reillannais,

Je me réjouis de vous présenter dans ce document, les dernières avancées du programme « éco quartier » conformément à nos engagements. Situé proche du cœur du village, il va offrir des logements à haute valeur énergétique et écologique, une activité artisanale et économique mesurée pour de petites entreprises locales, tout cela dans un cadre environnemental et paysager exceptionnels. Nous sommes fiers d’avoir pu éviter un lotissement prévu par un investisseur marseillais et plutôt faire le choix de créer de la solidarité sociale et intergénérationnelle, de l’habitat écologique, des emplois locaux de qualité.
Vous trouverez dans ce « 4 pages », la genèse du projet, les différentes étapes de sa construction, l’ensemble de nos partenaires publics et privés.
Ce projet, porté par le conseil municipal à l’unanimité depuis 2017, répond aux attentes de la grande majorité de nos concitoyens. L’intérêt manifesté par les services de l’Etat (DREAL), la Région, la DDT, le parc naturel du Luberon et par nos partenaires comme l’EPF (Etablissement Public Foncier), la foncière Chênelet, la Preuve par 7 pour ce projet audacieux, nous conforte dans nos choix.
Dans quelques jours, à partir du 5 février, c’est avec plaisir que nous vous rencontrerons en mairie, afin de découvrir et d’apporter vos remarques à cet ensemble. Les permanences des élus feront ainsi suite aux délibérations du conseil municipal, aux nombreux articles dans le bulletin municipal ainsi que les lettres du maire, les réunions de quartier, les réunions publiques pour consulter et informer entre autres les riverains de ce quartier et l’ensemble des Reillannais.
Comme le disait Patrick Bouchain, architecte de la preuve par 7, nous serons heureux de fêter ensemble l’inauguration de ce nouveau quartier.

  Claire Dufour,
maire de Reillanne

Un projet pour le village…

Nous l’avons déjà souligné, le temps administratif est très long, trop long. Engager un programme de construction d’un éco quartier pour un village de 1 700 habitants demande patience et opiniâtreté.  Mais devant le constat bien sombre que la municipalité a fait dans le domaine de l’habitat, nous n’avons pas manqué de ces vertus. En effet, il est insupportable que nos anciens dépensent tous les mois autant de chauffage que de loyer. Insupportable cette précarité énergétique. Insupportable que les jeunes du village soient condamnés à vivre chez leurs parents faute de logement à prix raisonnable. Insupportable que des familles quittent ce village faute de locations modernes, économes et abordables ou soient contraints d’accepter les conditions inadmissibles de certains propriétaires peu scrupuleux.
Aussi, personnellement, je ne me résous pas à accepter que des femmes ne puissent quitter le logement de leur compagnon qui les violentent faute d’appartements où elles pourraient envisager une autre vie. Actuellement en mairie, plusieurs dizaines de demandes de logement sont insatisfaites.
Alors, quand en 2017, l’opportunité d’acquérir un terrain de 18 000 m2 s’est présentée, nous en avons saisi l’occasion. Au lieu de laisser un promoteur privé construire des villas comme on le voit partout, nous avons adhéré à un programme qui n’est pas simplement de coller des habitations sociales mais de créer une réelle vie de quartier. Nous avons reçu le concours de partenaires publics et associatifs que beaucoup nous envient.
Sur 7 cabinets d’architectes, nous avons recruté par le biais d’un marché public, celui qui, en matière d’environnement, de qualité paysagée, de compétences, offrait les plus hautes garanties afin de nous accompagner dans la construction du projet. A partir du 5 février vous pourrez consulter leurs premières études sur l’ensemble du quartier durable.
Nous avons voulu associer, comme dans un vrai ancien quartier, le monde économique ; des petits artisans, une petite entreprise plutôt que de créer dans une belle vallée de l’Encrême, une zone artisanale détériorant le paysage comme on le voit trop souvent. D’autres initiatives sont venues étoffer ce projet ; des auto constructeurs associés ainsi qu’un lieu de vie pour nos anciens situé au cœur du village et non dans une maison de retraite loin de leur famille ou de leurs amis.
L’achat du terrain est avancé financièrement par l’EPF (établissement public foncier) grâce à une convention mise à disposition par la Communauté de communes afin de soutenir les initiatives de développement de chaque village. L’équilibre financier est permis à travers les subventions, la revente de parcelles, les loyers perçus qui viendront compenser le rachat du terrain, la construction et la mise en place des réseaux (eau, assainissement, voirie). Après avoir consacré une partie de notre trésorerie à réduire fortement notre endettement nous pouvons envisager sereinement des investissements productifs et qui répondent  aux souhaits des Reillannais.
Les interrogations, les remarques formulées seront bien sûr toutes prises en compte, à condition que les intérêts égoïstes ne dépassent pas l’intérêt du plus grand nombre. La réflexion, la construction de cet éco quartier a besoin que chacun s’empare de ce projet pour qu’ensemble, ce programme très attendu soit bien  celui de tous les Reillannais.

Francis Marguerite
adjoint aux finances

Un éco quartier, c’est quoi ?

Un éco quartier est un laboratoire opérationnel de la ville durable, un lieu de créativité, d’audace pour faire émerger des projets exemplaires que ce soit dans les formes urbaines, l’architecture, les usages et les modalités de conduite du projet.
Cela engage la commune dans un processus imaginatif adaptable et vivant pour favoriser l’amélioration continue des pratiques d’aménagement.
Les propositions ambitieuses que contiennent les éco quartiers constituent un facteur d’attractivité et de qualité engageant les territoires dans une dynamique vertueuse pour la lutte contre le changement climatique et de la transition énergétique.

Les 20 engagements

de la charte ÉcoQuartier

Dimension « Démarche et Processus »

Engagement 1 : Réaliser les projets répondant aux besoins de tous en s’appuyant sur les ressources et contraintes du territoire
Engagement 2 : Formaliser et mettre en œuvre un processus participatif de pilotage et une gouvernance élargie créant les conditions d’une mobilisation citoyenne
Engagement 3 : Intégrer la dimension financière tout au long du projet dans une approche en coût global
Engagement 4 : Prendre en compte les pratiques des usagers et les contraintes des gestionnaires tout au long du projet
Engagement 5 : Mettre en œuvre, à toutes les étapes du projet et à l’usage, des démarches d’évaluation et d’amélioration continu

Dimension « Cadre de Vie et Usages »

Engagement 6 : Travailler en priorité sur la ville existante et proposer des formes urbaines adaptées pour lutter contre l’étalement urbain
Engagement 7 : Mettre en œuvre les conditions du vivre-ensemble et de la solidarité
Engagement 8 : Assurer un cadre de vie sûr et qui intègre les grands enjeux de santé notamment la qualité de l’air
Engagement 9 : Mettre en œuvre une qualité urbaine, paysagère et architecturale
Engagement 10 : Valoriser le patrimoine (naturel et bâti), l’histoire et l’identité du site

Dimension « Développement territorial »

Engagement 11 : Contribuer à un développement économique local, équilibré et solidaire
Engagement 12 : Favoriser la diversité des fonctions et leur proximité
Engagement 13 : Optimiser l’utilisation des ressources et développer les filières locales et les circuits courts
Engagement 14 : Favoriser les modes actifs, les transports collectifs et les offres alternatives de déplacement
Engagement 15 : Favoriser la transition numérique vers la ville intelligente

Dimension « Environnement et Climat »

Engagement 16 : Produire un urbanisme permettant d’anticiper et de s’adapter aux risques et aux changements climatiques
Engagement 17 : Viser la sobriété énergétique et la diversification des ressources au profit des énergies renouvelables et de récupération
Engagement 18 : Limiter la production des déchets, développer et consolider des filières de valorisation et de recyclage dans une logique d’économie circulaire
Engagement 19 : Préserver la ressource en eau et en assurer une gestion qualitative et économe
Engagement 20 : Préserver et valoriser la biodiversité, les sols et les milieux naturels

Où en sommes nous ?

mai 2017 : candidature de Reillanne à l’appel d’offres éco quartier
novembre 2017 : Reillanne lauréat du concours,
obtention des finances de l’État, de la Région et de la  Fondation de France + signature de la charte nationale éco quartier
décembre 2017 : acquisition du terrain par l’Etablissement public foncier
juillet 2018 : partenariat d’assistance de maîtrise d’ouvrage avec le PNRL
novembre 2018 : atelier participatif de co conception citoyenne avec les porteurs de projets
2019 : rédaction cahier des charges et appels d’offres pour le recrutement de l’équipe de maîtrise d’œuvre
décembre 2019 : démarrage des études d’aménagement de l’éco quartier
février 2020 : présentation des scenarii d’aménagement

Comment est né le projet ?

En 2017, la municipalité apprend la volonté d’un investisseur privé de créer un lotissement sur un terrain de 1,8 hectare soit un projet de 20 à 25 maisons individuelles. Au même moment, l’Etat et la Région lancent conjointement un appel à projet adressé aux collectivités concernant l’aménagement d’éco quartiers.
 L’équipe municipale saisit alors cette opportunité pour valoriser ce terrain dans  l’intérêt général. Ainsi le village devient
Lauréat    de ce concours et obtient les financements  des partenaires publics, nécessaires pour lancer les études.

Avec qui ?

  1. Etat : DREAL (Direction Régionale de l’Environnement et de l’Aménagement et du Logement) + Région Sud : coordinateurs et financeurs du projet.Participation de la DDT (Direction des Départements et des Territoires) en partenariat avec la Communauté de communes.
  2. EPF (Etablissement Public Foncier PACA) : organisme public ayant conventionné avec la CCHPPB afin de porter l’acquisition de biens immobiliers en lieu et place des communes pendant la période d’avant projet et de conception.
  3. PNRL (Parc Naturel Régional du Luberon) : assiste la commune dans la coordination et le pilotage du projet en apportant ses compétences internes en terme de bâtiments durables, de marchés publics, d’expertise en biodiversité, d’animation et de concertation.
  4. La Preuve par 7 : laboratoire expérimental de stratégie urbaine  sous la tutelle des ministères de la culture et de la cohésion des territoires.
  5. Fondation de France : fondation privée indépendante encourageant les projets d’intérêts généraux utiles et durables. Apporte son soutien financier au projet éco quartier.
  6. CEREMA : organisme public apportant une expertise technique aux acteurs territoriaux dans le cadre des politiques publiques, pour favoriser une transition écologique et une cohésion des territoires.
  7. Foncière Chênelet : bailleur à très forte valeur sociale et environnementale s’inscrivant dans des projets ruraux à taille humaine. Démarche unique et exemplaire faisant appel à un mode constructif adapté à une réalisation  de chantier d’insertion, à l’usage de matériaux naturels et à la haute performance énergétique
  8. Equipe de maîtrise d’œuvre groupement constitué de 4 entités : l’agence de paysage Topografik, l’agence d’urbanisme et d’architecture K.P, le bureau d’études Vial (voirie et aménagement de réseaux), le bureau d’études Novacert (énergie et écologie).
  9. Porteurs de projet : la brasserie la Serpentine, un atelier de créations bois, la société Climasphère (énergie renouvelable, pompe à chaleur), le collectif des seniors (habitat groupé), et un groupement d’auto-constructeurs autour d’un projet d’habitat durable partagé.

**************************************************************************************

Septembre 2019

Lettre de Claire Dufour, Maire de Reillanne

Stratégie foncière : îlot du château et quartier durable

Chers Reillannaises, chers Reillannais,

Je tiens à vous informer de l’évolution de deux projets importants abordés déjà dans plusieurs bulletins municipaux.

Réhabilitation de l’Îlot du château

Situé sur la place de la Libération au centre du village et sur la place aux Herbes, cet îlot du château présente depuis plusieurs années de graves détériorations des bâtiments qui le composent. Faute de prise en charge conséquente et devant l’importance des travaux à prévoir, l’intervention de la commune est devenue indispensable. L’état de péril est évident et notre municipalité souhaite exercer pleinement ses responsabilités sur cet ouvrage. De plus, les pouvoirs publics nous invitent à agir. Depuis plus de 2 ans des études sont menées sur ce dossier, portées et subventionnées en partie par la Communauté de communes (CCHPPB) propriétaire de certaines parcelles, notamment la boucherie.
La commune doit prendre en compte la complexité de l’opération, la nécessité incontournable d’une intervention rapide et trouver les moyens d’apporter une réponse pérenne à cette situation. Le conseil municipal a décidé que la Communauté de communes assurera le portage des opérations via une délégation de maîtrise d’ouvrage en partenariat étroit avec les élus de Reillanne.
Outre la CCHPPB, la municipalité est accompagnée par différents partenaires techniques et financiers Direction Départementale des Territoires (DDT), Agence Nationale de l’Habitat (ANAH), l’Etablissement Public Foncier Régional (EPFR) qui nous soutiendront pour requalifier cet îlot.
Ce projet de reconversion en logements nécessitera des travaux d’envergure, une rénovation importante de la structure ainsi que des aménagements intérieurs.
Les locaux commerciaux (boucherie) seront bien sûr conservés. L’accompagnement des propriétaires habitants sera pris en charge dans tous les aspects de la procédure.
Afin de réaliser l’opération de portage public, l’acquisition foncière par le biais de l’EPFR semble indispensable.
L’ensemble des élus de notre Conseil Municipal accueille favorablement ce projet attendu et espéré depuis des décennies. Il s’agit de la rénovation d’un bâtiment historique emblématique de la place de la Libération qui participera à la mise en valeur du centre de notre village. 

 Quartier Durable

Un autre projet, tenant à cœur à l’équipe municipale s’est imposé à nous à la suite du constat que nous faisons depuis quelques années sur la question du logement à Reillanne :
– Nos anciens sont trop nombreux à être logés dans des habitations mal chauffées et pas toujours très accessibles.

– Les jeunes Reillannais.ses ont de grosses difficultés à s’installer dans des conditions financières acceptables. En mairie la liste des demandes de logements à loyers modestes s’allonge.

– Notre parc locatif communal est trop faible pour satisfaire ces demandes légitimes de nos concitoyens.nes.

De plus, la nécessité d’un habitat à faible coût énergétique et à forte valeur environnementale est aujourd’hui indispensable. Il s’agit d’un projet de solidarité envers les anciennes et nouvelles générations aussi bien dans le secteur de l’habitat que de l’activité économique.
En 2016 notre commune s’est portée candidate à l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) sur les quartiers durables lancé par l’État et la Région. Notre commune a été retenue parmi d’autres dans le département.
Le souhait de la municipalité est de porter un projet à forte valeur environnementale prenant en compte l’urgence climatique et écologique. Cette opération entre dans le cadre d’une politique de développement soutenable afin de répondre à la fois aux besoins du village et de ses habitants, ainsi que la nécessité urgente de mise en œuvre des bonnes pratiques respectueuses de la nature.

Elle se développe et se décline sur un terrain de 1.8 hectares situé entre la montée du Caï et le chemin du Largue, les priorités retenues permettront la création :

  • de logements à loyers conventionnés et à haute performance énergétique,
  • d’ateliers artisanaux ainsi que d’un local pour une petite entreprise du village,
  • d’un logement d’habitat partagé pour des seniors (initiative privée),
  • d’un collectif d’auto-constructions écologiques.

Nous sommes aujourd’hui dans la phase pré-opérationnelle. Celle-ci consiste dans la mise en œuvre et le lancement d’un concours d’architectes. Par la suite,  les 3 cabinets retenus fourniront leurs propositions et esquisses en termes de conception et d’urbanisation d’ici fin novembre. Cette opération est principalement financée par l’État, la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, Aménagement, Logement), la Fondation de France et la commune.
Ces derniers sont parties prenantes du jury qui suivra le projet jusqu’à son développement, accompagnés par le PNRL (Parc du Luberon), le Conseil Régional, le CEREMA (organisme public d’appui technique aux collectivités), la DDT, l’EPF et l’association « la preuve par 7 ».
Le projet encadré par ces partenaires publics doit répondre à la charte nationale des quartiers durables ainsi qu’aux critères de l’appel à manifestation d’intérêt (DREAL Région).
La municipalité a le plaisir de vous convier à l’exposition du travail rendu par les architectes en salle du conseil à la mairie du 2 au 13 décembre 2019 inclus.
Deux permanences seront tenues pars les élu(e)s les mercredis 4 et 11 décembre afin de répondre à vos questions et remarques.
Moi-même et l’ensemble des élu(e)s nous réjouissons de voir naître ce  projet éco-ambitieux qui répondra là encore, nous l’espérons, aux attentes de nombreux reillannaises et reillannais.

                                                                                                                      Claire Dufour

********************************************************************************************

Juin 2019

Lettre de Claire Dufour, Maire de Reillanne

Madame, Monsieur

Comme vous le savez nous avons fait de l’eau communale une des priorités de notre mandat. Conscients que l’eau est un bien commun de l’humanité nous sommes attachés au maintien de la gestion de notre ressource par une Régie Publique Communale. Celle-ci est garante d’une administration de la ressource et des équipements au plus près des exigences de notre territoire.

Nous avons engagé d’importants investissements pour garantir la pérennité de notre forage de La Fare. Comme vous le savez, dès 2016, des travaux d’entretien ont été menés sur les installations existantes comportant de plus la délimitation d’un périmètre de sécurité.

A la suite nous avons engagé la création d’un nouveau forage. Celui-ci sera pleinement opérationnel d’ici la fin de l’année. Il sécurisera l’alimentation en eau du village tout en permettant les travaux périodiques d’entretien.

Parallèlement la Commission de l’Eau a mené une réflexion sur l’économie de la ressource et préconise de compléter les installations de surveillance du réseau de distribution afin de lutter contre les fuites et d’améliorer le rendement de celui-ci. Ces choix ont d’ores et déjà porté leurs fruits puisque nous avons atteint cette année un taux de pertes inférieur à 17 %, un des meilleurs résultats du 04 dans ce domaine.

Simultanément, un groupe de travail chargé d’étudier une nouvelle tarification de l’eau a rendu ses conclusions en début d’année et le 26 mars 2019 le Conseil Municipal a adopté ces nouveaux tarifs qui seront applicables à partir du 1er mai 2019.

En voici le détail :

  • A partir du mois de mai et jusqu’au 30 septembre – durant les 5 mois de l’année où la ressource est la plus touchée par la baisse de la pluviométrie et l’affluence de la population estivale – il nous est apparu indispensable d’adopter le principe d’une tarification saisonnière.
  • Nous souhaitions que l’eau vitale et utile coûte moins cher aux familles. Les premiers 90 m3 (60 en hiver et 30 en été) passeront de 1.63 € à 1.20 €.

Les projections que nous avons faites à partir de ces nouveaux tarifs, sur la base des consommations relevées en 2018, font apparaître une diminution globale de la facture d’eau pour 759 abonnés et une augmentation de celle-ci pour les 232 dont les consommations élevées seront impactées par « la tranche Eté ».

 Cette nouvelle tarification permettra la mise en place d’un nouveau mode de facturation :

 

Tranche hiver
1er octobre –30 avril
Tranche été
1er mai – 30 septembre
 

De 0 à 60 m3

 

1.20 €

 

De 0 à 30 m3

 

1.20 €

 

De 61 à 120 m3

 

1.90 €

 

De 31 à 50 m3

 

1.95 €

 

De 121 à 200 m3

 

2.80 €

 

De 51 à 100 m3

 

3.60 €

 

+ de 200 m3

 

3.80 €

 

De 101 à 120 m3

 

4.00 €

 

+ de 120 m3

 

4.50 €

Prix du m3 assainissement :           0.58 € (toute l’année – période été et hiver)
Abonnement eau                            75.00 €
Abonnement assainissement        20.40 €

Courant mai, vous allez recevoir une facture pour la période de consommation du 1er juillet 2018 au 30 avril 2019 basée sur les anciens tarifs.
Les nouveaux tarifs s’appliqueront à partir du 1er mai 2019 pour la tranche été et la facture été vous sera envoyée courant octobre 2019.

Dorénavant, il y aura :

  • 1 relevé + 1 facture en mai (consommation hiver) + abonnement (7 mois)
  • 1 relevé + 1 facture en octobre (consommation été) + abonnement (5 mois)

Je souhaite pour finir rendre hommage aux élus.es et aux membres de la Commission de l’Eau qui ont fourni ces dernières années un travail considérable en dotant la commune d’un nouveau règlement de l’eau, en nourrissant de leurs propositions l’action municipale pour l’amélioration du réseau et de la ressource, en établissant les bases de la nouvelle tarification objet de cette lettre. Je tiens à remercier particulièrement les employés communaux pour leur engagement quotidien dans l’entretien et la préservation de notre réseau.

En vous remerciant de votre attention, cordialement

Claire Dufour,
maire de Reillanne

Économisons l’eau !

Une maquette interactive qui vous dit tout sur l’eau du Luberon !
Cette maquette interactive permet de comprendre, à partir de cartes, la forte dépendance du territoire aux transferts d’eau en provenance de la Durance ou de forages profonds, et qui permettent de satisfaire les demandes de l’agriculture, des villes, des habitants et des visiteurs du Luberon.

www.parcduluberon.fr/economisonsleau